De l'Esat à l'entreprise, parcours d'un salarié vers le milieu ordinaire

Né avec une hémiplégie gauche, Loïc Bombenon n'a pas eu un parcours professionnel facile ni classique. Il travaille aujourd’hui chez Spartoo, une entreprise grenobloise de vente en ligne spécialisée dans la vente de chaussures, dans laquelle il évolue depuis maintenant plus de 4 ans. Retour sur le parcours d'un salarié combatif et épanoui.

Quel a été votre parcours de formation ?

J'ai quitté l'école et mon village en CE2, pour intégrer le Centre d’Éducation Motrice (CEM) de Dommartin. Je suis ensuite entré en lycée professionnel APF au Chevalon de Voreppe, où j'ai suivi une formation en secrétariat, ainsi qu'une formation complémentaire incluant divers stages : services courrier à La Poste et au Palais de Justice de Grenoble, secrétariat… A l'issue de ces 3 ans, je suis rentré chez moi, dans la Loire, pour trouver du travail, et passer mon permis.

 

Qu'est-ce qui vous amené à faire la demande de travailler en Esat ?

Si j'ai réussi à passer mon permis assez rapidement, avec beaucoup de persévérance et de soutien parental, la recherche de travail a été plus laborieuse. Inscrit à la mission locale, j'ai cherché du travail pendant 2 ans mais je n'arrivais pas à trouver en milieu ordinaire.

C'est à ce moment, en 2008, que j'ai été contacté par la personne chargée du suivi professionnel au Lycée de Voreppe, pour me proposer un stage à l'Esat de Preclou (http://www.reseau-gesat.com/Gesat/Isere,38/Echirolles,14446/esat-de-pre-clou-apf-echirolles,e683/) à Echirolles. J'y a fait un stage d'un mois qui s'est vraiment bien passé. Je faisais des calendriers, des cartes postales… le travail me plaisait beaucoup et je me sentais utile. Dès la fin du stage, j'ai fait ma demande pour intégrer cet Esat, et un an plus tard, j'y entrais.

 

Que faisiez-vous à l'Esat ?

J'ai d'abord travaillé pour diverses entreprises, notamment sur des missions de publipostage et d'affranchissement de magazines. Puis l'Esat m'a proposé de suivre un parcours d'insertion au sein de l'association Opticat. C'était une formation collective qui nous accompagnait dans la réflexion sur notre projet, sur le handicap, et sur l'aisance relationnelle. Cela m'a fait beaucoup avancer sur des questions personnelles, et m'a également permis de faire des stages en milieu ordinaire. J'ai réalisé un premier stage dans la restauration, mais le travail ne me convenait pas, je suis alors retourné à l'Esat. Quelque temps plus tard, j'ai fait un 2ème stage de 2 mois chez Spartoo, et … j'y suis resté (rires) !

 

Que faites-vous aujourd'hui chez Spartoo ?

Au début, on m'a confié des petites tâches (tri des classeurs et factures, distribution du courrier). Puis, progressivement, on m'a confié de nouvelles missions : envoi et réception des colis, distribution des tickets restaurant… Aujourd'hui, je suis chargé de diffuser des annonces en ligne, et participe à la recherche de CV et à la prise de contact avec les candidats. J'ai parcouru beaucoup de chemin en 4 ans, je suis presque autonome sur mes missions, et je continue de me former au sein de l'entreprise.

 

Le passage de l'Esat en milieu ordinaire a-t-il été dur ?

Non, grâce à l'accompagnement de l'Esat, et à l'accueil de Spartoo. J'ai d'abord choisi la mise à disposition, afin de préparer ma sortie avec l'Esat. Ensuite j'ai signé un CDD, puis un CDI. Chez Spartoo, ils ont vraiment su m’accueillir par rapport à mon handicap. On m'a donné le temps qu'il fallait pour comprendre ce qu'on me demandait, et pour apprendre de nouvelles tâches. Je suis encadré par 2 personnes du service RH, et j'ai la chance de travailler en binôme avec une collègue qui est issue du même Esat que moi. On se partage les tâches et on travaille bien ensemble.

 

Avez-vous un conseil à adresser à des personnes en situation de handicap qui peinent à trouver un travail ?

Oui ! Passer par l'Esat ! Beaucoup de personnes sont réfractaires à l'idée d'aller travailler en Esat. Mais les Esat ont évolué, et pour moi, c'est devenu un moyen de rencontrer du monde, de montrer ce que l'on sait faire, et de se former sur le terrain. Travailler en Esat m'a amené de la confiance, et m'a permis de mettre un pied à l'étrier. Sans l'Esat, je n'en serai pas là aujourd'hui. Opticat m'a aussi beaucoup aidé à surmonter ma timidité. Aujourd'hui, je suis vraiment épanoui, j'en apprends tous les jours, et j'ai tout le temps le sourire.

 

En savoir plus sur les Esat