ENTRETIEN : Coupler des compétences techniques et langagières clés pour favoriser l'accès à un emploi dans le secteur de la propreté

La difficulté est connue, la maîtrise du français est un préalable important à l’insertion sociale et professionnelle. Ne pas comprendre ni parler le français est un frein à l’accès à l’emploi et à des formations professionnalisantes et qualifiantes.
Ainsi, malgré un projet professionnel confirmé dans le secteur de la Propreté, des personnes non francophones peinent à trouver un emploi, mais certaines d’entre elles se fixent également comme priorité de travailler rapidement plutôt que de se former au français.
En réponse à ces constats, la Métro de Grenoble a mis en place une formation visant l’acquisition de compétences techniques et langagières pour l’accès à un emploi dans le secteur de la propreté. Une première session a été lancée en décembre 2018.
Retours sur la mise en place de la formation POEC Propreté FLE avec Sandrine Pariat, en charge de la formation pour ALPES-Formation.

Quels sont les constats à l’origine de ce nouveau dispositif de formation à double compétences ?

La réflexion est partie de constats partagés sur le terrain notamment par les référents PLIE.

D’une part, certaines personnes ont peu d’appétence à se former en français, malgré des besoins évidents, certaines parce qu’elles ne perçoivent pas ou peu en quoi la maîtrise insuffisante du français constitue un frein à l’accès à l’emploi, d’autres enfin, parce que leur situation précaire (économique, logement) les conduit à prioriser la recherche d’emploi ou un parcours de formation directement utile à leur « employabilité » ; d’autres encore pour ces deux raisons cumulées.
D’autre part, certaines personnes – bien qu’ayant participé à un ou plusieurs parcours de formation linguistique et ayant choisi de travailler dans un secteur d’activité spécifique – rencontrent encore des freins pour accéder à l’emploi. En effet, elles ont développé des compétences orales et écrites qui restent néanmoins en deça des pré-requis attendues en situation d’emploi et/ou elles ne peuvent pas valoriser une expérience suffisante dans l’emploi visé.

 

Que propose cette formation ?

Le PLIE de Grenoble-Alpes Métropole, en s’inspirant notamment d’une expérimentation conduite en Île-de-France, a donc choisi de proposer à ces personnes au projet professionnel confirmé, une offre de formation visant l’acquisition de compétences techniques et de compétences clés dans le métier visé. En effet, la maîtrise des compétences-clés et des compétences langagières font partie intégrante de la compétence professionnelle, au même titre que les compétences techniques. Les situations de travail exigent ainsi de comprendre des consignes, rendre compte de tâches réalisées, signaler des problèmes, se déplacer, utiliser des documents professionnels, se repérer dans un planning de travail… La maîtrise de ces capacités est par ailleurs essentielle pour comprendre des explications transmises en formation technique.

La Branche de la Propreté et des entreprises de nettoyage du bassin grenoblois ont souhaité s’impliquer dans cette action, compte tenu des besoins de recrutement identifiés sur le territoire. Le PLIE a ainsi souhaité proposer aux bénéficiaires non francophones recherchant un emploi dans ce secteur une formation leur permettant de développer des compétences techniques et des compétences-clés attendues chez un agent de service.
Ce parcours de formation vise donc l'accès à un emploi dans le secteur de la Propreté via :
- la maîtrise des Compétences-clés de la Propreté : Comprendre des consignes ; communiquer avec son employeur, les usagers et l'entreprise cliente ; respecter un dosage ; se référer à un planning, une fiche de poste ; etc.
- l’acquisition des premiers gestes de nettoyage, dans le respect des règles de sécurité et d'hygiène : Préparation de l'opération de nettoyage, lavage manuel, dépoussiérage des sols et des mobiliers, entretien de blocs sanitaires, attitudes de service.
 

- - - - - - - - - Témoignage - - - - - - - - -
 

.
 
« En fait, on est dans cette formation depuis le 3 décembre. Ça a commencé mais on apprend beaucoup de choses. Déjà, en premier temps, on apprend la présentation pour qu’on soit à l’aise dans le métier… ».
« On a parlé des lieux, l’orientation et des vocabulaires du nettoyage. On a travaillé sur les matériels. On travaille les 2 choses : la théorie avec Anne et Laure [ALPES], et on travaille un peu le technique avec Joelle [INHNI]. On a travaillé le balayage humide, le lavage manuel, on a vu même l’autolaveuse. On a appris beaucoup de choses : le nom du matériel, on le connaît pas avant. Et les techniques, un peu des techniques de base comme par exemple le détourage : quand on fait le lavage manuel, on commence par le détourage. On a appris beaucoup de chose, pour moi c’est vraiment très intéressant et c’est pour qu’on soit à l’aise dans le métier. »

Aïcha, stagiaire de la formation

 

- - - - - - - - -

 
Comment la formation se déroule-t-elle ?

Le projet s’est concrétisé en décembre 2018 avec l’ouverture de la première session de cette formation FLE / compétences-clés et techniques de nettoyage (Propreté), d’une durée totale de 374 heures de formation dont 105 heures de stage en entreprise. Cette session qui s’achèvera fin avril 2019 compte une douzaine de personnes parmi lesquelles 8 femmes et 4 hommes qui ont entamé un parcours de près de 5 mois de formation.

Pendant la formation, les stagiaires participent chaque semaine à 3 journées de formation : Une journée de formation technique par l’INHNI et deux journées d’apprentissage de la langue et de  compétences-clé de la propreté (alpha et post alpha) avec ALPES-Formation.
La formation technique s’appuie principalement sur des mises en situation, la formation aux compétences-clés est étroitement articulée aux contenus de formation technique dispensée par l’INHNI et aux situations de travail auxquelles seront confrontés les stagiaires quand ils seront à l’emploi.
Ils apprennent notamment à communiquer avec l’employeur ou l'entreprise cliente, à comprendre des consignes ou des dosages, à connaître les règles de sécurité et d'hygiène, à réaliser le nettoyage des sols et des mobiliers, des blocs sanitaires, à utiliser une monobrosse...
Au cours de la formation, 3 stages en entreprises sont organisés en partenariat avec des entreprises locales de la branche propreté, notamment le Geiq Propreté. Cette immersion est l’occasion de se rendre compte de la réalité du travail, notamment les horaires décalés, des questions d’organisation et de mobilité pour se rendre sur place et de mettre progressivement en pratique des contenus travaillés en formation.

.
Quelles sont les perspectives à l’issue de la formation ?

A l’issue de la formation, les personnes acquièrent une certification MCCP – Maîtrise des Compétences-clés de la Propreté, reconnue par la Branche de la Propreté ainsi qu’une reconnaissance professionnelle AS2 (niveau de qualification de la Convention Collective de la Branche). C’est le premier niveau de compétences professionnelles à maîtriser pour être opérationnel sur des chantiers tertiaires tels que le nettoyage de bureaux ou d’immeubles.

Un certain nombre d’entreprises de propreté grenobloise pourront être amenées à embaucher certains stagiaires, selon leurs besoins de recrutement. Une fois à l’emploi, les stagiaires pourront poursuivre le processus de professionnalisation et évoluer vers des missions à plus haute technicité (laveur de vitre, agent polyvalent, chantiers industriels, salles blanches, etc.).

 

- - - - - - - - - Témoignage - - - - - - - - -
 
 
 
 
« La formation c’est facile ! Les techniques de nettoyage, pratiques de lavage avec autolaveuse.
Les formateurs et formatrices sont gentils, les stagiaires très gentils. »
« Le plus intéressant pour moi : les techniques de nettoyage, travailler le vocabulaire, les verbes, compter l’heure ».

Solondrainy, stagiaire de la formation

 

 

- - - - - - - - -
.
Quelles sont vos premières réflexions sur ce dispositif ?

Il est trop tôt bien sûr pour avoir un recul sur cette action. Mais nous pouvons d’ores et déjà dégager deux facteurs de réussite à ce type d’action. D’une part, les personnes engagées dans la formation doivent avoir envie de travailler dans les métiers de la propreté, elles sont là pour 5 mois pour se professionnaliser dans ce métier et ça n’aurait pas de sens si elles n’étaient pas motivées par un projet dans la propreté.
D’autre part, le rôle des référents emploi concernés est primordial dans le repérage des personnes concernées, leur mobilisation et leur orientation vers la formation en amont du parcours. En étant accompagnées en amont de la formation, les personnes savent pourquoi elles sont là. C’est un élément-clé dans la dynamique des personnes que l’on constate dès l’information collective et le SAS diagnostic.

Le rôle des référents emploi est également essentiel dans le suivi et l’accompagnement de chaque personne au cours de la formation, notamment pour lever les freins à la formation et maintenir la mobilisation de chacun dans leur parcours. Des difficultés peuvent en effet advenir dans leur quotidien et venir parasiter leur assiduité. Les référents Plie ont là encore un rôle-clé lors de rendez-vous réguliers qui permettent d’aborder les différents aspects de leur vie, repérer les problèmes qui pourraient compromettre leur investissement dans la formation.
Enfin, l’articulation entre les contenus techniques et les contenus linguistiques est une condition sine qua non pour la cohérence pédagogique d’ensemble et pour donner du sens aux apprentissages proposés en formation.
Nous aurons davantage de recul à l’issue de cette première formation en avril prochain pour en tirer les enseignements, en identifier les leviers pertinents et axes d’amélioration en vue de reconduire éventuellement cette démarche de formation, sur d’autres métiers en tension.
En savoir plus sur la formation FLE Propreté
 
Entretien et retranscription
Scop La Péniche pour Parcours Emploi Bassin Grenoblois et Sandrine Pariat, ALPES Formation
Recueil des témoignages : ALPES Formation