Pour diversifier ses recrutements, la Sémitag s'engage pour l'insertion

Soucieuse de diversifier les candidatures pour couvrir l’ensemble de ses besoins, la Sémitag travaille avec le service insertion de la Métro et les acteurs accompagnateurs vers l’emploi.

Rencontre avec Cécile Cossalter et Charly Lecoq à la direction des ressources humaines de la Sémitag en pleine campagne de recrutement pour l’année 2018.

Travailler pour les transports en commun ? On a vite fait d’imaginer qu’il faut avant tout savoir conduire un bus ! Et bien oui parfois, mais ça n’est pas un préalable indispensable pour être embauché à la Semitag. L’entreprise qui assure chaque jour les dessertes de bus et de tram sur l’agglomération recrute en effet des personnes détentrices d’un simple permis B, et leur permet de se former à la conduite de transport en commun pour intégrer l’entreprise. Soucieuse de diversifier les candidatures pour couvrir l’ensemble de ses besoins, la Sémitag travaille avec le service insertion de la Métro et les acteurs accompagnateurs vers l’emploi.
 

La Sémitag intégre des non-conducteurs professionnels
Avec 1400 salariés, dont 850 conducteurs, la Semitag est un employeur de poids sur l’agglomération. L’entreprise recrute chaque année 30 à 40 nouveaux collaborateurs. Dans le cadre de ces recrutements réguliers, l’entreprise s’attache à ouvrir ses portes aux personnes en recherche d’emploi qui ne s’adressent pas à elle naturellement. « On voit bien que les publics prioritaires demandeurs d’emploi ne pensent pas à venir vers nous, ne savent pas comment nous approcher, nous rencontrer, constate Charly Lecoq, directeur des ressources humaines. La plupart se dit : je ne suis pas titulaire du permis de transport en commun, j’en déduis que je ne peux pas postuler ! Pourtant certaines personnes ont un profil intéressant et manifestent un vrai intérêt pour leur mission une fois en situation ».
 

La Sémitag recrute chaque année 30 à 40 nouveaux collaborateurs, rappelle Cécile Cossalter chargée Emploi et Mobilité.a

a
Passer le permis transport en commun en formation
Aussi pour intégrer des non-conducteurs professionnels, la Sémitag propose chaque année 16 postes en contrat de professionnalisation à destination de candidats de tout âge qui s’engagent à se former en amont de leur prise de poste en CDI. Pour cela, ils sont détachés 3 mois auprès de l’Aftral, organisme de Formations en Transport Logistique. Mais en 2018, la Sémitag doit prévoir l’ouverture de nouvelles lignes dans le sud de la métropole et une sortie d’effectif en âge de prendre leur retraite, elle lance donc cette année le recrutement de plus de 80 postes. La campagne 2018 est donc plus importante que d’habitude et pour faire face à ce besoin exceptionnel, la Sémitag travaille également avec Pole Emploi sur une POE (préparation opérationnelle à l’emploi) pour une trentaine de contrats. Des personnes sont formées et si elles réussissent leur permis, elles pourront être embauchées par la Sémitag. Ils seront conducteurs et suivis par un tuteur responsable de ligne. Une fois conducteur de bus et sur la base du volontariat, l’habilitation tram peut s’obtenir en 8 semaines pour acquérir la double compétence bus et tram.
 

a
Travailler avec les accompagnateurs vers l'emploi
Défaire les préjugés sur les opportunités d’emploi que porte la Sémitag constitue un travail de long terme pour le service de ressources humaines. Dans ce cadre, l’entreprise cherche à toucher certains demandeurs d’emploi en parcours prioritaire et pour cela s’attache à faire connaître l’entreprise auprès des structures d’accompagnement vers l’emploi. « Il s’agit de leur permettre de mieux orienter et accompagner leurs publics, explique Cécile Cossalter, en charge du recrutement. Lors de réunion d’information, nous présentons aux acteurs de l’accompagnement les caractéristiques des postes, les fonctions qu’assure le conducteur au cours de sa journée de travail, les avantages et les contraintes. La procédure de recrutement se faisant en plusieurs étapes, nous leurs présentons les tests que doivent passer les candidats pour leur permettre de cerner la difficulté et au final de dédramatiser ces étapes auprès des publics accompagnés. Travailler avec ces acteurs, nous permet de recevoir des candidatures plus diverses, et qui répondent à nos différents besoins en ressources humaines. »

 

La Sémitag a reçu le Trophée de la clause d'insertion 2017 décerné par Grenoble Alpes Métropole pour sa politique de recrutement en faveur de l'insertion professionnelle.

a

Faire évoluer les représentations
Outre la croyance d’une obligation de permis transport en commun pour postuler, la Sémitag se bat contre d’autres préjugés attachés à l’image du conducteur de bus ou de tram. L’entreprise qui compte 120 femmes conductrices (soit 11% de l’ensemble) souhaiterait davantage de mixité. Ses efforts ne sont pas vains puisqu’elle reçoit de plus en plus de candidatures de la part de femmes, mais elle souhaiterait pouvoir en recruter davantage et notamment dans le cadre de reconversion professionnelle. 40 % des conducteurs ont plus de 50 ans et la Sémitag intègre des femmes et des hommes qui se lancent dans un nouveau métier dans une deuxième, voire une troisième partie de carrière. « Pour les femmes qui n’ont plus à gérer le quotidien avec leurs enfants, certaines s’autorisent à faire ce choix et en sont satisfaites. Et plus les voyageurs et voyageuses rencontreront des femmes conductrices dans le bus et dans le tram, plus l’image du conducteur évoluera, nous espérons, car les usagers sont potentiellement aussi des futurs collaborateurs et collaboratrices ». Outre son besoin important de conducteurs et conductrices, la Sémitag, qui regroupe un large panel de métiers et de compétences, a régulièrement des postes à pourvoir sur les ateliers de maintenance, les agences commerciales sans oublier les fonctions supports.

a

Pour en savoir plus :