REPORTAGE : Se former à la communication professionnelle pour réussir ses entretiens de recrutement

L’entretien de recrutement est une épreuve pour toute personne en recherche d’un poste salarié. Pour donner les clés de cet exercice à fort enjeux personnels, Territoire Insertion 38 fait bénéficier, depuis 3 ans, à ses salariés en insertion d’un stage de formation de communication professionnelle d’une semaine.
Rencontre avec Blaise La Selve, directeur de Savoirs Plus et formateur en communication professionnelle.
 

Changer de décors
Changer de décors et permettre aux stagiaires de découvrir de nouveaux espaces et ambiances de travail, c’est la première invitation au changement que propose la formation. C’est donc dans une salle de réunion d’un hôtel du centre ville de Grenoble que le groupe d’une dizaine de stagiaires a été convoqué pour une semaine de formation consacrée à la communication professionnelle. « C’est une première mise en condition, les personnes sont surprises mais également ravies d’entrer dans ce lieu inhabituel pour elles, explique Blaise La Selve. Sortir de la salle de formation fonctionnelle mais banale, pour un espace auquel on a pas accès d’ordinaire, c’est un premier cadre pour commencer quelque chose de nouveau peut-être, poursuit-il. En plus du lieu peu ordinaire, la disposition de la salle n’est pas « scolaire » : tables et chaises sont disposées en cercle, et on s’assoit comme on veut : « on n’est pas à l’école !».

.
Entretien ou interrogatoire ?
En ce premier jour de stage, une dizaine de participants font cercle autour de l’animateur et d’un paper-board pour un temps d’échanges qui vise à faire le tour des questions de recruteurs auxquelles les uns et les autres ont déjà eu à répondre. Au bilan : des questions faciles : nom, adresse, formation initiale, mais aussi des questions plus difficiles : nombre d’enfant et leur âge, mode de garde notamment quand on est une femme, possession du permis de conduire, d’un véhicule, ou encore les raisons de telle ou telle situation professionnelle ou période non-travaillée. Pour le candidat sélectionné, comment ne pas concevoir l’entretien de recrutement comme une longue liste de questions désagréables, voire comme un interrogatoire ? Comment tourner l’exercice à son avantage, comment répondre sans avoir l’impression de se justifier, comment ne pas rester passif ? En somme : « comment gagner son entretien ? ». C’est à ces points que Blaise La Selve tente d’apporter des éléments de compréhension en enfilant une casquette d’employeur : « Qu’est ce que l’employeur veut savoir à travers ses questions ? Avant tout, il souhaite savoir comment vous allez répondre à son besoin. Si on apporte des informations précises, il peut mieux évaluer une candidature. » explique t-il.

.

"Montrer son intérêt, poser des question, réussir à installer une conversation, c'est là que quelque chose peut devenir intéressant" explique Blaise La Selve, directeur de Savoirs Plus et animateur de formation.

.
Ne pas se sanctionner soi-même
Expérimenté en formation et ressources humaines, Blaise La Selve le reconnaît lui-même : la plupart des employeurs qui recrutent ne sont pas formés à l’exercice, leurs questions ne sont pas toujours pertinentes elles sont quelquefois discriminantes que ce soit volontaire ou pas. « Les candidats doivent apprendre à se débrouiller avec les questions trop simples ou trop vagues car il s’agit de ne pas se sanctionner soi-même, explique le formateur. Il faut apprendre à ne pas répondre de manière passive. » En plus d’essayer d’être précis, un des point clé est de s’autoriser à son tour à poser des questions, à demander des détails sur le poste et sur l’entreprise. Ça permet de comprendre ce qu’on attend de vous et de sortir du flou. Par exemple, pour un poste en logistique à la question « êtes-vous à l’aise avec l’informatique? », le candidat a tout intérêt à comprendre les taches à réaliser en lien avec le numérique. Il y a de grande chance que « l’informatique » consiste à scanner des colis et à générer des bons par exemple, et qu’il sache le faire, et qu’il ait même de l’expérience à faire valoir. De même à la question : « Pouvez-vous travailler le week-end ? ». Avant de répondre par oui ou non, mieux vaut sans doute demander : « Combien de week-end seraient concernés ? ».

.
Gagner un entretien !
Répondre de manière précise, parler de ses compétences simplement, se montrer intéressé par l’entreprise, sont autant de petits pas qui peuvent amener à l’ouverture d’un échange avec l’autre. « Là, il peut se passer quelque chose. Là peut se déclencher une conversation entre deux personnes. Ca devient intéressant autant pour le recruteur que le candidat. Parvenir à cet échange, c’est gagner son entretien, pointe Blaise La Selve. Pour autant gagner un entretien ce n’est pas gagner un emploi mais il faut savoir réussir le premier pour accéder au second. » ajoute-t-il. C’est là, sans doute que le mot entretien pourrait retrouver son sens premier.

Mais gagner en assurance, c’est aussi gagner en méthodes de communication. Le programme du stage va déployer plusieurs outils et des formats d’animation variés et ludiques : jeux et défis par équipes, mises en situation théâtrale, captations vidéo, présentations et grand oral  pour tout le monde ! L’objectif est là : sur un mode bienveillant et attentif, les apprenants plongent dans les conditions réelles de formation à la communication professionnelle, selon les mêmes modalités que les formations dispensées à des cadres en recherche d’emploi. « C’est important d’offrir les mêmes conditions de formation quels que soient les apprenants, elle est aussi nécessaire et bénéfique aux uns qu’aux autres » ajoute le formateur. De la même façon, ajoute-t-il : chacun doit profiter de ces moments dans son parcours professionnel pour se former, pour découvrir de nouvelles choses sur soi et autour de soi, pour avancer dans une nouvelle direction.

.
En savoir plus sur